Le SMIC (au minimum) pour chaque citoyen, à condition bien sûr d'exercer une activité, on nous dit que cela coûterait tellement cher que l'économie de notre pays s'effondrerait. Comme on ne l'a jamais essayé, en réalité on l'ignore. Ce que l'on connait, c'est le coût du chômage de masse pour la collectivité: pertes de cotisations sociales, de recettes fiscales(impôts et taxes), pertes de compétences, coût supplémentaire pour la santé(anxiolytiques, anti-dépresseurs), gouffre financier d'une formation professionnelle subie et donc inadaptée, minima sociaux  permettant de rester chez soi à ne rien faire, encouragement du travail au noir(cumul d'indemnités et d'activités non déclarées). Nous pouvons bien sûr y ajouter, mais comment le chiffrer, le coût de la délinquance liée à l'inactivité et au manque de ressources légales. Nos banlieues, et pas seulement, ont résolu en parti le problème par une multitude de trafics sur les quels nous fermons  pudiquement les yeux, tout en criant de plus en plus haut et fort le contraire. Comment expliquer à un jeune homme qui n'a jamais vu ses parents se lever chaque jour pour exercer une activité qu'il doit lui, être motivé pour le faire. Sans doute! tous les enfants de chômeurs ne sont pas des délinquants, bien loin de là, mais ils accumulent parfois tant de difficultés, qu'il leur faut un courage exceptionnel pour résister aux tentations. C'est à nous, citoyens de base, que l'on n'entend jamais, mais qui sont en première ligne de la misère sociale et morale de nous prendre en charge. Il y a dans notre pays, dans notre élite politique, industrielle, intellectuelle suffisamment de gens honnêtes et responsables pour nous proposer et nous aider à construire une VIème République solidaire, juste et respectueuse de ses citoyens, remettant l'activité pour tous au centre du contrat social, et nous, nous ferons notre part.

Courage les petits colibris et méfiez vous des oiseaux de proie!