J'aimerais pouvoir écrire que la mort d'un jeune homme de 21 ans n'est qu'un malheureux accident. Je pourrais suivre ceux qui accusent les autorités, ou au contraire défendre ceux qui ont mis en place le dispositif de gendarmerie au nom du respect de la loi et de l'ordre. J'alimenterais avec des arguments, tous plus ou moins contestables suivant le point de vue, la polémique qui enfle. C'est plutôt l'écoeurement le sentiment qui m'envahit. Pendant des années on a entretenu une situation conflictuelle. On a laissé pourrir la situation. Face à des gens, qui au nom de leurs convictions, occupent illégalement un site, on envoie des gendarmes armés, qui seraient mieux le week-end avec leur famille. Mais pourquoi donc? Si les pouvoir en place l'avaient souhaité, il y a longtemps que les lieux auraient été évacués et les travaux terminés. Alors la question qui se pose:  pourquoi se complaire dans les situations de conflits? Dans notre pays, on préfère la violence au dialogue. Le rapport de force, voilà ce qui nous satisfait.

Derrière les technologies brillantes et les beaux discours sur la démocratie du citoyen du 21éme siècle, se cache toujours l'homme préhistorique qui ne conçoit  que la raison du plus fort. La violence, quelle qu'elle soit, engendre toujours la violence.Nous aurons toujours si nous le souhaitons des bonnes raisons de nous combattre. Et si nous devenions collectivement intelligents? Au lieu de nous affronter, construisons ensemble dans notre beau pays de France un projet qui nous rassemble dans la dignité et le respect. Laissons Cro-Magnon derrière nous, et devenons le citoyen du 3éme millénaire, respectueux des autres et de son environnement. Transformons nous en êtres réellement civilisés, avant de nous détruire. Je sais, je rêve, mais si nous étions des millions de petits colibris à apporter notre goutte d'eau pour éteindre l'incendie au lieu de l'attiser?

Courage les petits colibris et méfiez vous des oiseaux de proie!