Mais quand demande t-on vraiment aux français ce qu'ils veulent?

Nos dirigeants, dont je ne mets pas en doute les bonnes intentions, nous disent ce qu'ils comptent faire pour nous et notre pays, dès que nous aurons donné par notre vote, le pouvoir et les clefs de la caisse commune. Ensuite ils font ce qu'ils veulent, ou plus probablement ce qu'ils peuvent, et le plus souvent le contraire de ce qui était promis. Alors on crie "haro", du fin fond de nos campagnes et de nos villes, critiquant violemment et détestant ceux que nous aimions quelques mois auparavant. Nous sommes aussi prompts à être déçus qu'a croire les promesses, même les plus folles. Mais qui nous demande ce que nous voulons:  les sondeurs, dont il ne fait guère de doute que les réponses sont induites par la façon dont sont posées les questions. Il y a bien sûr les élections et notamment la présidentielle. Là, on nous vend les candidats avec les mêmes techniques marketing que nos lessives ou nos portables. Voyez braves gens! comme ils sont compétents, leurs exceptionnelles possibilités, comme ils sont sincères, humains, généreux, compréhensifs, avec juste ce qu'il faut d'autorité tout de même. Ils sont ce qu'il faut pour votre pays. Le top du top, la crème de la crème, et surtout ils savent "eux" ce qui est bon pour vous. Car le peuple est juste assez bon pour se laisser guider, et sans doute trop bête pour savoir ce qu'il veut. La preuve: en 2005, il a eu la bêtise de dire un NON clair et massif à une constitution européenne, dont il ne voyait pas qu'elle allait lui apporter:" bonheur, sécurité, et plein emploi". Heureusement que nos élus ont rectifié le tir en catimini. Quelque chose me dit qu'on ne les y reprendra pas de sitôt, à demander au peuple ce qu'il souhaite pour son avenir. Alors, il nous faudra beaucoup de courage et de détermination collective pour pouvoir dire, comme nos amis espagnols sont en passe de le faire: "PODEMOS".

Courage les petits colibris et méfiez vous des oiseaux de proie!