les tragédies récentes, qui ont bouleversé les français, mettent en lumière les contradictions de notre pays. Elles ont mis en évidence, que la citoyenneté ne se vit pas de la même façon par tous. Suivant nos sensibilités, notre vécu, nos origines culturelles, nous adhérons plus ou moins facilement à la loi de la République. Il serait sain que ceux qui ne se reconnaissent pas dans l'approche laïque de notre démocratie, puissent l'exprimer librement sans, qu'ils soient qualifiés d'obscurantistes. Remettre en cause la loi de 1905 sur la laïcité est devenu impossible dans notre pays. Un texte de loi est devenu aussi sacré pour certains, que la bible, le nouveau testament, ou le coran pour d'autres. Dire ce que l'on pense devient impossible si ce n'est "laïquement" correct. Et les grands prêtres de la religion laïque n'hésitent pas à lancer l'anathème se conduisant ainsi comme les religieux radicaux. Nous nous privons ainsi du dialogue nécessaire pour montrer à ceux qui ne sont pas convaincus, l'intérêt pour tous de la loi de 1905. Nos gouvernants prennent avec juste raison les mesures sécuritaires exceptionnelles pour faire face au terrorisme. Ils nous promettent des initiatives pour faire rentrer dans le rang une partie de nos enfants qui ne se reconnaissent pas dans les valeurs qu'on leur impose. Il serait sans doute plus sage et judicieux d'expliquer pourquoi après des siècles de conflits religieux parfois d'une incroyable violence, notre pays à jugé nécessaire d'écarter les religions de l'espace public pour garantir la liberté de culte dans la sphère privée. Accueillons avec bienveillance ceux qui sont venus partager notre avenir et montrons, comme l'on fait spontanément 5 millions de citoyens le 11 Janvier dernier que la liberté, l'égalité et la fraternité ne s'imposent pas par la force mais se partagent librement dans la compréhension et le respect des différences.