J'ai peur que nos représentants politiques n'aient toujours pas compris le message, que le peuple dans la rue, leur a fait passer le 11 janvier dernier. LIBERTE, FRATERNITE, SOLIDARITE. Aujourd'hui, dans la foulée d'une élection partielle, on nous ressert les clichés habituels. Front républicain ou "ni-ni". On s'étonne que seulement 40% des électeurs inscrits se soient déplacés. Ce qui est vraiment étonnant: c'est qu'ils soient encore aussi nombreux à se rendre aux urnes. Car, si pour nos partis et leurs caciques, l'heure est toujours aux petites querelles, les citoyens de ce pays ont montré dans la rue qu'ils étaient à un niveau de responsabilité bien supérieur. Ce sont des choix fondamentaux que les français réclament: QUEL AVENIR VOULONS NOUS ENSEMBLE? Nos compatriotes, demandeurs de véritable démocratie, sont prêts à s'investir dans un grand projet pour notre pays, et peut-être pour l'Europe. Encore faut-il que la classe politique, dans son ensemble, se mette enfin au niveau de son peuple. C'est d'un vrai débat sur notre avenir dont nous avons besoin. C'est bien de cela dont nos partis politiques devraient s'occuper, non de petites "combinationes" électorales. Demander au peuple ce qu'il souhaite et lui faire confiance, parait toujours inconcevable pour notre élite politique. Quel dommage! Dans le fossé qui se creuse, disparaîtront en même temps l'espérance de tous, et les ambitions égoïstes de quelques-uns.