Citoyen d’en bas, je suis la France qui murmure. Parfois celle qui grogne, et plus rarement celle qui lutte. Je suis surtout la France qu’on pille et qu’on décourage. Pillez ! Pillez ! Puisque vous êtes en capacité de le faire. Vous détenez tous les pouvoirs et des médias  dévoués organisent vos shows. Nous les petits, ballottés au gré de vos humeurs, nous attendons tous les 5 ans un nouveau Messie. Mais, comme le Père Noêl, il ne vient que pour quelques-uns. Alors nous attendons résignés le prochain.

Maintenant, nous nous réunissons pour passer la nuit sur les places de nos grandes villes. Pourquoi ? Nul ne le sait vraiment. Nous attendons qu’il se passe autre chose. Mais quoi ?

Un miracle ? La transmutation des chômeurs en travailleurs heureux, fiers d’eux-mêmes, respectés comme des citoyens, et confiants dans l’avenir. C’est beau de croire encore au père noêl à notre âge. Pendant ce temps, ceux qui nous gouvernent font de la gestion de masse,  en nous donnant à déguster un scandale financier par ci, un abus de pouvoir par là. L’un chassant l’autre, au rythme de l’actualité, nous oublions rapidement ce qui nous a révolté. Enquête, présomption d’innocence, quoi de plus normal et démocratique. Moi citoyen d’en bas, quand le radar me flashe, je suis présumé coupable. Je paye immédiatement pour éviter de payer double plus tard. Ceux pour qui passe le père noêl, eux, ne payent jamais. La même loi, qui me présume coupable, les présume innocents et les juge le plus tard possible. Pour eux, pas de comparution immédiate.

« Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne »

Ainsi commençait le chant des partisans dans un temps, ou quelques uns d’abord, puis des milliers se sont levés pour combattre.